- samedi
Décembre 13, 2018

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Yémen : un rapport d’Amnesty accuse les Emirats arabes unis de «crimes de guerre»

2018/07/17, 11:27


Yémen : un rapport d’Amnesty accuse les Emirats arabes unis de «crimes de guerre»

Truth ONG- Amnesty International estime que les violations des droits de l'Homme dans des prisons secrètes des Emirats arabes unis dans le sud du Yémen peuvent être « assimilées à des crimes de guerre ».

Truth ONG- Amnesty International estime que les violations des droits de l'Homme dans des prisons secrètes des Emirats arabes unis dans le sud du Yémen peuvent être « assimilées à des crimes de guerre ». Actes de torture, mauvais traitements, violences sexuelles dans des prisons au Yémen : c’est ce que dénonce Amnesty International. Le document révèle que de nombreux hommes ont été victimes de disparitions forcées, après avoir été arrêtés de manière arbitraire et détenus par les forces émiriennes et yéménites qui agissent en dehors de l’autorité de leur propre gouvernement. [embed]https://www.youtube.com/watch?v=UgU4FoADhkI[/embed] Dans un rapport publié un an après les premières informations sur ces prisons, Amnesty évoque des « violations flagrantes » qui y ont été commises « y compris des disparitions forcées, des tortures et autres mauvais traitements assimilables à des crimes de guerre », selon Ouest-France. Amnesty a appelé « les partenaires des Emirats dans le domaine du contre-terrorisme dont les Etats-Unis » à « prendre position contre les tortures présumées, y compris en enquêtant sur le rôle de personnel américain dans les abus liés à ces détentions au Yémen et en refusant d'utiliser des informations obtenues probablement sous la torture ou les mauvais traitements ». Le rapport intitulé « Dieu seul sait s'il est vivant », décrit les souffrances des proches des dizaines de personnes arrêtées qui n'arrivent pas à obtenir des informations sur leur sort. « Lorsqu'ils exigent de savoir où sont détenus leurs proches ou même s'ils sont encore en vie, leurs demandes sont accueillies avec silence ou intimidation », a déploré, dans le rapport, Tirana Hassan, directrice des situations de crise à Amnesty International. L’organisation indique avoir enquêté entre mars 2016 et mai 2018 sur les cas de 51 hommes arrêtés et détenus dans le sud du Yémen par les forces des Emirats et celles du gouvernement yéménite. Amnesty affirme que « 19 de ces hommes sont portés disparus », précise 20 Minutes. En juin 2017, l’agence de presse AP avait révélé l’existence au Yémen d’au moins 18 sites de détention relevant des Emirats arabes unis, alliés de l’Arabie saoudite et des Etats-Unis, ou des forces yéménites, dans le cadre de la coalition qui intervient militairement au Yémen contre les Houthis. L’agence avait relaté disparitions et cas de torture, rapporte Le Monde. Les Émirats arabes unis, eux, ont démenti avec force diriger ou encadrer des prisons secrètes dans le sud du Yémen. « Nous rejetons le rapport d’Amnesty », a affirmé le gouvernement émirati dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle WAM. « Les prisons au Yémen sont sous l’autorité des Yéménites et les Emirats ont exhorté le gouvernement yéménite à mener une enquête indépendante sur cette question ». Ce rapport est « politiquement orienté » et « vise à nuire aux efforts de soutien des Emirats au gouvernement yéménite », selon lui.

Tags:

Yémen : un rapport d’Amnesty accuse les Emirats arabes unis de «crimes de guerre»

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter