- samedi
Décembre 13, 2018

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Yémen : l'horreur à travers des yeux d'enfants

2018/02/09, 17:22


Yémen : l'horreur à travers des yeux d'enfants

ENTRETIEN. La réalisatrice Khadija al-Salami a pu se rendre au Yémen, théâtre d'une guerre oubliée.

ENTRETIEN. La réalisatrice Khadija al-Salami a pu se rendre au Yémen, théâtre d'une guerre oubliée. C'est une guerre à huis clos qui ravage le Yémen, l'un des pays les plus pauvres au monde, depuis bientôt trois ans. Le conflit oppose l'Arabie saoudite, à la tête depuis mars 2015 d'une coalition de pays arabes et soutien du président yéménite Abdrabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale, aux houthis. [caption id="attachment_7721" align="aligncenter" width="1000"]Yémen : l'horreur à travers des yeux d'enfants Yémen : l'horreur à travers des yeux d'enfants[/caption]

Dans cet affrontement militaire et politique sans fin, cette guerre a fait près de 10 000 morts civiles dans l'indifférence générale. Elle a provoqué la « pire crise humanitaire du monde », selon l'ONU. C'est ce visage-là qu'a voulu montrer la réalisatrice yéménite Khadija el-Salami, l'un des rares témoins à avoir pu se rendre sur place. Pour ce faire, elle a pris le parti de montrer cette guerre à travers les yeux d'enfants yéménites, particulièrement touchés par ce conflit sanglant.

Le Point : Comment avez-vous pu vous rendre au Yémen ? Khadija al-Salami : Cela fait deux ans que j'essaie de me rendre sur place. Mais c'était impossible sans l'autorisation de l'Arabie saoudite. Ce pays tente de cacher cette guerre aux journalistes. Rendez-vous compte, même les diplomates yéménites qui travaillent pour les Nations unies ne peuvent se rendre sur place ! Pourquoi avoir choisi de raconter le conflit par le biais d'enfants ? À mon arrivée à Sanaa, j'ai rencontré un enfant qui tirait dans le ciel en pensant abattre des avions. Il était nerveux en raison des bombardements. Il voulait monter sur le front pour défendre son pays. Je me suis vite rendu compte que les enfants étaient les seules personnes présentes dans la rue, car les pères étaient sur le front et les femmes à la maison, s'ils n'étaient pas morts. Au-delà des questions géopolitiques, il était nécessaire de mettre en avant les souffrances humaines provoquées par cette guerre. Et les enfants en témoignent très bien. Ils peuvent poser simplement n'importe quelle question, sans risquer de déranger. L'un d'eux a, par exemple, demandé à un autre comment les corps de ses parents avaient été dispersés par les bombardements… Les questions leur ont-elles été soufflées ? Pas du tout. Je leur ai simplement demandé quelles questions ils souhaitaient poser. J'ai pu les aider dans la formulation de celles-ci, et dans le narratif, mais c'est tout. Ces enfants sont allés eux-mêmes à la rencontre des Yéménites et leur ont demandé ce qu'ils désiraient. Je leur ai simplement expliqué ce qu'était l'Union européenne, car ils étaient désireux de savoir si les Occidentaux pouvaient les aider. Ils avaient foi en eux. D'après l'Unicef, plus de 5 000 enfants ont été tués ou blessés et 1,8 million souffrent de malnutrition aiguë. Cette génération est-elle sacrifiée ? C'est en effet une génération sacrifiée, qui n'a vu et connu que la violence. Le pays (déjà l'un des plus pauvres au monde) a plongé dans la famine. Tout a été détruit. En outre, il est soumis à un blocus par l'Arabie saoudite. Si quelques écoles restent ouvertes à Sanaa, dans les villages alentour, tout est fermé. Ce sera difficile de s'en sortir. Dans votre reportage, un rappeur yéménite décrit son pays comme un corps qui agonise. Êtes-vous aussi pessimiste ? En effet, un grand pessimisme règne. Mais il existe une solution, et elle vient de l'Arabie saoudite, qui a lancé cette guerre. Or elle donne l'impression de vouloir anéantir ce pays, et de vouloir le placer sous sa tutelle. Depuis les années 1970, le régime saoudien finance des institutions dans tout le Yémen dans le but de propager l'idéologie wahhabite. Pour combattre le Yémen du Sud, à l'époque marxiste, elle a maintenu la population yéménite dans l'ignorance (les deux Yémens se sont unifiés en 1990, NDLR). Jamais dans l'histoire l'Arabie saoudite n'a accepté que le Yémen se développe. Vous critiquez beaucoup Riyad, mais parlez peu des houthis, eux aussi partie prenante de ce conflit… Je ne m'occupe pas de politique, je ne fais pas confiance aux politiciens. Et je souhaitais sortir de la géopolitique, dont on parle trop souvent dans le conflit. Mais force est de constater que ce que les habitants, notamment les enfants, entendent au quotidien, ce sont les bombardements, et ceux-ci proviennent de l'aviation saoudienne. Pourquoi ne parlez-vous pas des États-Unis, qui ont un poids beaucoup plus important que l'UE en tant que partenaire privilégié de Riyad ? Les Yéménites ne parlent pas des États-Unis, car ils savent justement qu'ils sont le partenaire principal de l'Arabie saoudite. Ils n'attendent aucune solution de Washington, car ils savent que la politique américaine est avant tout préoccupée par les intérêts économiques, pas par leur souffrance. Voilà pourquoi les États-Unis ont fermé les yeux depuis le début. Ainsi, les Yéménites comptent sur l'Union européenne, car ils savent que l'Occident est plus sensible aux questions humanitaires. Ils croient notamment en la France, qui est le pays des droits de l'homme. L'Arabie saoudite reste tout de même l'un des premiers clients de la France en termes de ventes d'armes. Certes, mais, s'ils n'ont aucun espoir en l'Amérique, les Yéménites sont persuadés que l'Union européenne peut faire quelque chose pour eux. Et ils voient des avancées, comme le récent vote (du Parlement) européen. Ils espèrent sincèrement qu'une solution sera trouvée à ce conflit, car, comme l'ont souligné les Nations unies, ainsi que toutes les organisations humanitaires, c'est la plus grave crise humaine depuis cinq ans. Si ce n'était pas le cas, ce serait une honte pour la communauté internationale. Source: Le Point

Tags:

Yémen : l'horreur à travers des yeux d'enfants

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter