Une femme SDF décède à Paris, la Nuit de la Solidarité se tiendra ce jeudi

Une femme SDF décède à Paris, la Nuit de la Solidarité se tiendra ce jeudi

.Truth NGO- Plusieurs avocats ont adressé jeudi un signalement au procureur de Paris, alertant sur la situation de 128 mineurs isolés “livrés à eux-mêmes dans les rues de Paris, sans abri, par des températures négatives”.

Tandis que Paris est sous la neige et que les températures sont glaciales, les avocats se sont émus de la situation de plusieurs dizaines de mineurs isolés, dont ils évaluent le nombre à 128.

Selon l’AFP qui cite plusieurs ONG, un total d’au moins 1 000 migrants dorment actuellement dehors à Paris. Ces ONG s’inquiètent en outre de voir certaines personnes renoncer à des mises à l’abri par crainte d’une reconduite à la frontière.

À l’initiative de cet appel, médiatisé, Catherine Delanoë-Daoud et Isabelle Roth, responsables du pôle mineurs non-accompagnés du barreau de Paris, et Emmanuel Daoud, membre du conseil de l’Ordre de Paris, demandaient “aux pouvoirs publics”, et sous l’autorité du procureur, “de mettre tous les moyens matériels et humains en oeuvre” pour qu’ils soient mis “en sécurité de toute urgence”.

“De nombreux mineurs non accompagnés (…) se trouvent actuellement livrés à eux-mêmes dans les rues de Paris, sans abri, par des températures négatives, et de ce fait exposés à un danger grave et immédiat pour leur santé physique et psychique”, s’alarment ces avocats au procureur François Molins et au parquet en charge des mineurs. Les avocats ont joint à leur signalement une liste nominative de 128 mineurs de 13 à 17 ans, la plupart, des garçons, “mais ce n’est qu’une partie de l’iceberg”, selon Emmanuel Daoud.

La plupart des mineurs ont été identifiés et recensés dans la capitale en milieu de semaine, principalement dans l’est et le nord parisiens, sur la base des informations d’associations de terrain spécialisées dans la prise en charge des réfugiés et de mineurs isolés. « Ces jeunes n’avaient aucune solution d’hébergement depuis plusieurs nuits », a déploré Me Daoud.
« Depuis que la neige a commencé à tomber, j’ai passé la nuit dehors. Des fois dans les gares, des fois devant les cafés ou les magasins », a raconté à BFMTV Mamadou, 17 ans, d’origine guinéenne, selon 20minutes.

“La réponse n’est pas satisfaisante, elle ne correspond pas à la réalité pratique ni au droit”, a réagi Emmanuel Daoud. L’avocat dénonce notamment des insuffisances dans le Dispositif d’évaluation des mineurs isolés étrangers (DEMIE). Elles se traduiraient selon lui par un recours très fréquent au “contrôle au faciès” pour estimer la minorité ou non des jeunes, au lieu d’une “évaluation approfondie et contradictoire”. Les avocats ont procédé en milieu de semaine au recensement de ces 128 adolescents avec l’aide d’associations de terrain mais il ne reflète pas le nombre réel de mineurs isolés à Paris, qui pourrait atteindre “400 à 500” selon Emmanuel Daoud, a rapporté Europe1.

Jeudi aura lieu la première « Nuit de la Solidarité » dans la capitale, une initiative de la mairie qui doit permettre « un décompte objectif et anonyme des personnes en situation de rue », notamment les mineurs étrangers non-accompagnés. Ils seraient quelques centaines à Paris, d’après le secteur associatif et des avocats, d’après Opinion.

Alors que la Nuit de la Solidarité se tiendra ce jeudi, nuit à laquelle quelque 1 800 Parisiens se sont inscrits pour compter les SDF dans les rues de la capitale, dans la nuit de dimanche à lundi, une femme sans-abri est décédée, apparemment d’une crise cardiaque rue La Fayette (IXe), a rapporté Leparisien.

Ce décès s’inscrit dans un contexte particulier. Jeudi soir, la mairie de Paris et ses partenaires (RATP, SNCF, AP-HP) vont compter le nombre de personnes vivant dans la rue, à l’occasion de la nuit de la solidarité. Cela va permettre à la Mairie de Paris de mieux mesurer les besoins et de connaître les profils des sans-abri de la capitale.

1 Comment

Leave a Response