L’ONU confirme que Macron menace gravement les droits de l’Homme

L'ONU confirme que Macron menace gravement les droits de l'Homme

Loi antiterroriste en France : inquiétudes d’experts de l’ONU sur des atteintes aux libertés des Français

Les deux rapporteurs de l’ONU sur les droits de l’Homme ont fait part de leurs inquiétudes sur d’éventuelles atteintes à l’exercice notamment des libertés d’expression et d’association.
Deux experts de l’ONU en matière de droits de l’Homme ont fait part mercredi de leur inquiétude devant le projet de loi antiterroriste en France, susceptible de pérenniser les mesures d’urgence introduites en 2015 et “d’établir ainsi en droit un état d’urgence permanent”.
Inquiétudes pour “l’intégrité de la protection des droits en France”. “La normalisation par ce projet de loi des pouvoirs d’urgence menace gravement l’intégrité de la protection des droits en France, tant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme que plus largement” a averti l’experte des droits de l’Homme des Nations unies, l’Irlandaise Fionnuala Ní Aolain, dans un communiqué diffusé par le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU.
Son collègue, le Français Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, a fait part de son inquiétude quant à l’impact de ce projet de loi sur le travail des défenseurs des droits de l’homme en France, selon le communiqué.
Plusieurs atteintes aux libertés des Français. Le projet de “loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme”, approuvé par le Sénat français en juillet, est actuellement débattu par l’Assemblée nationale. Fionnuala Ní Aolain a adressé le 22 septembre une lettre au gouvernement français pour souligner que plusieurs dispositions du projet de loi menacent selon elle l’exercice des droits à la liberté et à la sécurité personnelle, le droit d’accès à la justice, et les libertés de circulation, d’assemblée pacifique et d’association, ainsi que d’expression, de religion ou de conviction.

Source: Europe 1

1 Comment

  1. Créer des problèmes, puis offrir des solutions
    Cette méthode est aussi appelée “problème-réaction-solution”. On crée d’abord un problème, une “situation” prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore: créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.
    http://www.syti.net/Manipulations.html

Leave a Response