Les pays membres qui fournient financement l’ONU, décident l’avenir de l’ONU

Les pays membres qui fournient financement l'ONU décident l'avenir de l'ONU

La semaine dernière, le président des États-Unis donne les paroles racistes, qualifiant Haïti, le Salvador et les autres pays africains comme “le pays de merde”. Ce discours suscite les répercutions variées.
À la suite de ces insultes, le journaliste de notre Ong Vérité interview avec Marie Laurence Marchal, la députée du Burkina Faso, et avec Privat Oulla, le vice-président vice-président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, à la marge de la conférence de l’Union des Parlements du monde.

Marie Laurence Marchal:
Par rapport à la réaction du président américain, Trump, moi je pense que c’est quelqu’un qui ne connaît pas le monde, qui ne sait pas comment le monde fonctionne.
Donc c’est déplorable qu’un président d’un grand pays ne puisse pas connaître le monde.
Mais moi je pense qu’il ne faut pas s’attarder sur ce que lui a dit. Il faut que surtout s’attarder pas sur comment le peuple américain conçoivent eux-mêmes. Je pense qu’ il faut résumer ça à une question de l’homme et non à une question de pays. Je pense que les États-Unis se sont fortement trompés en élisant Trump à la tête de leur pays.

Vous avez vu qu’ il y avait des réactions dans le monde entier de colère de désapprobation, même du côté des américains, cela fera peut-être un peu plus de réfléchir de président Trump pour le dire que le monde est le monde. Il ne peux pas sortir de ce contexte qui est le respect des droits de hommes, le respect de toutes les entités qui font partie du monde entier.

Au delà du monde religieux si tout le monde respect la nature humaine on n’aurait pas besoin de respecter les musulmans les catholiques. Il faut qu’on se respect parce que Dieu nous a fait différents. Nous avons besoin de respecter les uns aux autres.
Je veux saluer ici les efforts qu’une communauté musulman fait pour marquer leur présence leur indépendance, l’attachement à leur foi et c’est quelque chose que nous devons toujours encourager.

Aujourd’hui nous devons, nous femmes, influencer aux hommes au fait qu’ils s’arrêtent les guerres et les combats. Dans tous les combats, les bombardements… se sont les femmes qui paieront le grand pris.

Privat Oulla:
Pour moi l’Amérique est un état plus ça, que nous respectons.

Nous n’avons pas accepter quelque soit un chef d’état que s’attaque aux africains que nous sommes.

Le problème qui est posé sur l’ ONU c’est qu’il faut que les pays membres contribuent au financement de l’ONU, parce que tant qu’ils financent, ils décident l’avenir de l’ONU.

Et puis il faut que les pays africains et d’autres pays puissent être membres permanents de l’ONU. Et c’est le même pour le droit de véto.

Moi-même je suis un citoyen du monde. Je pense qu’ il faut respecter les organisations. Quand on met les organisations en place, il faut les respecter.
On ne peut pas décider de façon unilatérale pour l’avenir de tout un continent notamment l’Afrique.
Quand on parle de la liberté, la première liberté c’est la liberté de la vie. Ce qui n’est pas dans le monde. Voyez les bombes chimiques, les violations…

Il faut aller vers la réconciliation, vers la paix avec tout le monde.

Vous pouvez trouver la traduction en persan ici : http://fa.truthngo.org
Source: TruthNgo

Leave a Response