Le nombre de personnes déplacées par les conflits au plus haut en 2017

Le nombre de personnes déplacées par les conflits au plus haut en 2017

.Truth ONG- Les conflits dans le monde ont forcé près de 12 millions de personnes à se déplacer dans leur propre pays l’an passé, un record pour la dernière décennie, selon un rapport de l’IDMC, organisme de surveillance de ces déplacements, publié mercredi.

Au total, ce sont 11,8 millions de personnes qui ont été contraintes de quitter leur foyer et de se déplacer à l’intérieur des frontières de leur pays en 2017 en raison diraie conflits et de violences (presque deux fois plus que les 6,9 millions de personnes contraintes d’en faire de même l’année précédente), selon ce rapport de l’Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) et du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), a rapporté Europe 1.

Cet organisme, créé en 1998, s’efforce d’effectuer le suivi le plus exhaustif possible de ces mouvements, avec des données portant cette année sur 143 pays et territoires. Il veut ainsi alerter sur le sort d’individus qui, à la différence des réfugiés cherchant asile dans un autre pays, ne bénéficient pour l’instant d’aucun statut juridique assurant – au moins en théorie – leur protection, a expliqué le Monde.

« Sur l’ensemble de l’année écoulée, le nombre de nouveaux déplacés en raison de conflits a atteint 11,8 millions, soit presque deux fois plus qu’en 2016, indique Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC. C’est le chiffre le plus élevé depuis dix ans et il est dû pour plus de moitié à la situation dans trois pays, Syrie, Irak et République démocratique du Congo, qui vivent des crises humanitaires majeures. »

Au total, dans le monde, ce sont quelque 40 millions de personnes qui se trouvent déplacées dans leur pays en raison de conflits, souligne le rapport de l’IDMC.

Le nombre de personnes déplacées par les conflits au plus haut en 2017

“Le nombre impressionnant de personnes obligées de fuir leur foyer en raison de conflits et de violences doit nous ouvrir les yeux à tous”, a de son côté estimé Jan Egeland, secrétaire général du Comité norvégien pour les réfugiés (NRC), selon Express.

Concernant les déplacés de l’année 2017, 76 % viennent d’un groupe de dix pays comprenant la Syrie, la République démocratique du Congo et l’Irak, trois pays qui, à eux seuls, comptent la moitié de ces personnes.

En Syrie, quelque 2,9 millions de personnes ont été déplacées l’an passé, nombre d’entre elles pour la deuxième ou troisième fois, portant le nombre total de personnes déplacées à 6,8 millions dans ce pays ravagé par la guerre, a précisé le Quotidien.

Le Yémen qui était auparavant en tête de liste, ne fait plus partie des dix pays les plus concernés par le phénomène, mais c’est en raison des difficultés d’accès au pays, actuellement en guerre, et du manque d’informations, selon Mme Bilak.

Cette dernière a souligné que le nombre de personnes déplacées pourrait en fait être bien plus élevé, l’IDMC manquant d’informations sur quelque 8,5 millions de personnes répertoriées comme ayant retrouvé leur foyer ou ayant été installées ailleurs.

Le rapport explique par ailleurs que 18,8 millions de personnes dans 135 pays ont dû être déplacées en raison de catastrophes naturelles (inondations, tempêtes et cyclones). Combinés avec les millions de gens déplacés par les guerres, ce sont au total 31 millions de personnes qui ont été déplacées dans leur propre pays l’an passé, soit plus de 80.000 par jour.

 

Leave a Response