La torture la plus atroce dans un réseau de prisons gérées par les Émirats arabes unis dans le sud du Yémen

La torture la plus atroce dans un réseau de prisons gérées par les Émirats arabes unis dans le sud du Yémen

Truth ONG- Selon un rapport obtenu par Al Jazeera, les détenus d’un réseau de prisons clandestines mis en place par les Émirats arabes unis dans tout le sud du Yémen ont été exposés à une foule de techniques d’interrogatoire brutales, dont la torture physique et psychologique.

Le rapport – qui a été fourni par des militaires yéménites qui ont travaillé avec la coalition dirigée par saoudiens combattant les Houthis du Yémen – décrit des scènes d’abus sexuels par des membres de l’armée émiratie et leurs suppléants yéménites.

Des personnes ont été violées par les forces de la coalition et ont été électrocutées dans les parties génitales, la poitrine et les aisselles.

Certains détenus ont été pendus en plein vol alors qu’ils étaient insultés et battus, selon le rapport. Des câbles électriques ont été utilisés aux côtés de chauves-souris en bois et de poteaux en acier pendant les séances d’interrogatoire.

Dans certains cas, les détenus sont décrits comme ayant été privés de sommeil et confinés dans des espaces étroits avec de mauvaises conditions d’hygiène et une ventilation d’air limitée.

Pour certains, cela s’accompagnait de séances où leurs peaux étaient frappées au fouet et leurs blessures étaient ensuite recouvertes de sel. D’autres avaient des clous industriels insérés dans les ongles des doigts et des orteils.

Selon le rapport, plus de 49 personnes seraient mortes des suites de la torture et cinq tombes ont été utilisées pour enterrer les défunts.

Le récit confirme un rapport de l’Associated Press publié en juin sur les actes de torture présumés perpétrés par des membres de la coalition arabe dans un réseau d’au moins 18 prisons secrètes.

Selon AP, des centaines d’hommes ont été arrêtés et détenus parce qu’ils étaient soupçonnés d’appartenir à Daech d’Irak et à la branche du Levant au Yémen et à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP). Au moment de la publication, AP a déclaré que les responsables des Émirats arabes unis n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Le rapport obtenu par Al Jazeera indique le nombre de prisons secrètes à 27, y compris des sites à Hadramout, Aden, Socotra, Mayyun Island, ainsi qu’une installation en Érythrée où les Émirats arabes unis entretiennent une base militaire.

 

Guerre au Yémen

 

Avec l’appui logistique des États-Unis, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont mené des attaques au Yémen depuis mars 2015. L’effort de guerre est ostensiblement une tentative de rétablir le gouvernement internationalement reconnu du président Abu-Rabbu Mansour Hadi.

En 2014, Hadi et ses forces ont été envahis par les Houthis qui a pris le contrôle d’une grande partie du pays, y compris la capitale, Sanaa.

Le 9 août, plus de 50 personnes ont été tuées lors d’un raid aérien de la coalition arabe sur la province de Saada – le cœur du Houthi. La majorité de ceux qui ont été tués étaient des enfants qui se dirigeaient vers les classes du Coran.

Une semaine plus tôt, des dizaines de personnes – dont des femmes et des enfants – ont été tuées dans la ville portuaire de Hodeidah, sur la mer Rouge au Yémen, lors d’attaques au mortier qui auraient été menées par coalition arabo-émiratienne.

Selon l’ONU, au moins 10 000 personnes ont été tuées pendant la guerre – un bilan qui n’a pas été mis à jour depuis des années et qui sera certainement beaucoup plus élevé.

En juin, les forces saoudiennes et les Émirats arabes unis ont effectué 258 raids aériens sur le Yémen, dont près d’un tiers visaient des sites non militaires.

Le Yemen Data Project a répertorié 24 raids aériens sur des zones résidentielles, trois sur des sites d’approvisionnement en eau et en électricité, trois sur des établissements de soins de santé et un camp de déplacés internes.

Leave a Response