- samedi
Décembre 13, 2018

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

La France, vers une commission d’enquête parlementaire

2018/04/07, 06:52


La France, vers une commission d’enquête parlementaire

.Truth ONG-La France a une nouvelle fois opposé une fin de non-recevoir jeudi aux demandes de plusieurs ONG qui réclament une suspension de ses ventes et livraisons d’armes à l’Arabie saoudite en raison de son rôle dans le conflit au Yémen, assurant que ces contrats faisaient l’objet d’un contrôle très strict.

.Truth ONG-La France a une nouvelle fois opposé une fin de non-recevoir jeudi aux demandes de plusieurs ONG qui réclament une suspension de ses ventes et livraisons d’armes à l’Arabie saoudite en raison de son rôle dans le conflit au Yémen, assurant que ces contrats faisaient l’objet d’un contrôle très strict. “Il y a un contrôle très strict des exportations d’armement (...) qui obéit à des critères tout à fait précis, y compris le souci des situations où des populations civiles peuvent être mises en danger”, a-t-on souligné à l’Elysée à quelques jours de la visite en France du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, a rapporté Reteurs. “Nous avons un examen extrêmement strict, rigoureux, et au cas par cas de chaque demande d’autorisation d’exportation d’armement”, a-t-on ajouté. La France est l'un des principaux pourvoyeurs d'armements de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de l'Egypte, engagés militairement au Yémen au côté d'autres pays arabes sunnites, avec le soutien des Etats-Unis, contre les houthis. Le conflit a fait plus de 10.000 morts, déplacé plus de trois millions de personnes et menace d'une famine généralisée le pays le plus pauvre de la péninsule arabique. La France meurtrière est troisième exportateur d’arme mondial Les ONG mobilisent contre la complicité de la France à la guerre de la coalition saoudienne au Yémen. L’ONG SumOfUs a lancé, jeudi 15 février, une pétition afin que la France prenne le parti des milliers de victimes au Yémen. « La monarchie saoudienne est l’un des principaux clients des industriels de l’armement français : elle leur a acheté près de 9 milliards d’armes entre 2010 et 2016 », lit-on. Yémen : la France appelée à cesser le « commerce macabre » de la vente d’armes L’ONG française Aser (Action sécurité éthique républicaines) a engagé le 1er mars une démarche juridique pour obtenir la suspension des licences d’exportation accordées à plusieurs industriels français de l’armement. La France viole le traité sur le commerce des armes, selon Aser L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) réclame une commission d’enquête sur les exportations d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, les deux principaux acteurs de la coalition engagée au Yémen depuis 2015. Guerre au Yémen : la France complice de la coalition saoudienne Enfin, Trois Français sur quatre (75%) souhaitent que la France suspende ses exportations d’armes vers les pays impliqués dans le conflit au Yémen, au premier rang desquels l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, selon un sondage YouGov pour l’organisation SumOfUs publié lundi. Que Macron mette un terme aux exportations d’armes au Yémen Mercredi, dix ONG ont appelé Emmanuel Macron à demander à Mohammed ben Salman, en visite en France du 8 au 10 avril, de mettre un terme aux attaques contre les civils au Yémen et de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire, selon RFI. Yémen: Des ONG se mobilisent avant la venue du prince héritier saoudien A Paris, le député La République en marche (LaRem) Sébastien Nadot et une quinzaine de députés de la majorité ont déposé ce jeudi une demande de commission d'enquête parlementaire relative au "respect des engagements internationaux de la France au regard des autorisations d'exportations d'armes, munitions, formation, services et assistance accordées ces trois dernières années aux belligérants du conflit au Yémen". Sa proposition de résolution doit recevoir l'aval du groupe LaRem dirigé par Richard Ferrand puis être examinée par la commission des Affaires étrangères. Si elle est jugée recevable, elle sera soumise au vote de l'Assemblée nationale. “On ne doit pas vendre des armes, s’il y a un risque sur les questions humanitaires”, selon Sébastien Nadot “La première, c’est de mettre en lumière et avoir un débat public sur la situation au Yémen qui est une situation absolument dramatique et un petit peu trop oubliée en France, explique le député. La deuxième concerne notre responsabilité en regard des traités internationaux auxquels la France est soumise et donc de voir si dans ces déjà trois années de conflit au Yémen notre responsabilité ne serait pas un petit peu trop engagée. C’est-à-dire pour résumer : est-ce qu’on n’aurait pas des armes vendues aux belligérants du conflit qui auraient pu servir contre les populations civiles ?" Mais en considérant les paroles du président et la visite en France de MBS, si les parlementaires accepteront la création d'une telle commission.

Tags:

La France، vers une commission d’enquête parlementaire

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter