Jamal Khashoggi : La tension monte entre les pays européens et l’Arabie saoudite

Jamal Khashoggi : La tension monte entre les pays européens et l'Arabie saoudite

Truth ONG- La tension est montée d’un cran ces dernières heures entre l’Arabie saoudite et les capitales occidentales au sujet de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont demandé à l’Arabie saoudite et à la Turquie une « enquête crédible » sur cette disparition, selon Le Monde. Les ministres des affaires étrangères de ces trois pays européens affirment, dans une déclaration commune, partager les « graves préoccupations » de la haute représentante de l’Union européenne, Federica Mogherini, et du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, sur le sort de cet opposant saoudien.

Le président américain Donald Trump a estimé que l’Arabie Saoudite pourrait être derrière la disparition à Istanbul de Jamal Khashoggi, la menaçant dans ce cas d'”un châtiment sévère”.

Il a précisé qu’il allait appeler samedi soir ou dimanche le roi Salmane d’Arabie saoudite, selon Le Point. Une délégation saoudienne doit s’entretenir ce week-end à Ankara avec des responsables turcs dans le cadre de l’enquête sur cette affaire qui a suscité la vive inquiétude de plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis où Jamal Khashoggi s’était exilé en 2017. Mais Ankara a reproché samedi à Riyad de ne pas coopérer, et notamment de ne pas laisser les enquêteurs accéder au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Ryad, qui dément catégoriquement toute implication dans l’éventuel meurtre du journaliste, a dit « rejeter entièrement toute menace ou tentative de l’affaiblir, que ce soit via des menaces d’imposer des sanctions économiques ou l’usage de pression politique ».

Si des sanctions sont appliquées, le royaume répondra avec « de plus grandes » sanctions, a déclaré un haut responsable saoudien, citée par l’agence officielle SPA, sous le couvert de l’anonymat. « L’économie du royaume a un rôle vital et d’influence pour l’économie mondiale », a-t-il mis en garde.

Jamal Khashoggi, journaliste collaborant notamment avec le Washington Post et critique du prince héritier Mohammed ben Salmane, est allé le 2 octobre au consulat saoudien chercher un document nécessaire à son futur mariage, précise l’Express. C’est la dernière fois qu’il a été vu vivant. Quatre jours plus tard, des responsables turcs cités par les médias ont affirmé qu’il avait été tué dans ce bâtiment… des allégations aussitôt récusées par l’Arabie Saoudite.

Leave a Response