Des policiers français accusés d’avoir falsifié l’acte de naissance de deux migrants mineurs

.Truth ONG-C’est une accusation grave contre les autorités françaises. Sept associations italiennes mettent en cause l’Hexagone, affirmant que des policiers ont falsifié les actes de naissance de migrants mineurs, afin de les faire passer pour des majeurs et les renvoyer vers l’Italie, révèle The Guardian.

Les associations d’aide aux migrants ont alerté la Commission européenne et le ministère de l’Intérieur italien sur deux cas dans lesquels les dates de naissance semblaient avoir été modifiées sur le document de « refus d’entrée » sur le territoire français.

L’un de ces incidents se serait produit en mars près de la ville frontalière de Vintimille. « Nous n’étions là que par hasard, mais nous avons vu deux mineurs, que nous connaissions bien, être arrêtés par la police française », relate au quotidien britannique Daniela Ziterosa, une assistante juridique de l’organisation caritative Intersos. « Nous avons vu la police écrire une date de naissance incorrecte sur le document refus d’entrée. Un des enfants a pris une photo du document et vous pouvez voir que sa date de naissance a été changée par rapport à celle qu’il a déclarée », poursuit-elle, selon LePoint.

Le Guardian cite une source italienne, assurant que la police française peut, en cas de doute sur l’âge d’un migrant, demander aux autorités italiennes de consulter leur base de données. « Quand les migrants arrivent en Italie, nous les identifions. Nous savons donc qui est mineur et qui est adulte. En cas de doute, les autorités françaises peuvent vérifier auprès de nous. Et si les migrants sont mineurs, ils doivent les laisser passer la frontière, pas les renvoyer. »

En effet, l’Union européenne garantit la protection aux migrants mineurs non accompagnés. Elle garantit par ailleurs aux migrants mineurs non accompagnés le droit de rejoindre un parent vivant dans un autre État membre, a rapporté Ouest-France.

Leave a Response