Ambassade à Jérusalem : Au moins 59 morts à Gaza dont 8 enfants

Ambassade à Jérusalem : Au moins 59 morts à Gaza dont 8 enfants

.Truth ONG- Les soldats israéliens ont tué 59 manifestants palestiniens et fait près de 2 400 blessés dans la bande de Gaza ce lundi, selon un bilan du ministère gazaoui de la Santé en fin de journée. Les Palestiniens protestent contre l’inauguration qui s’est tenue dans l’après-midi à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël.

A la frontière de l’enclave, au moins 59 Gazaouis – dont huit enfants de moins de 16 ans, selon l’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour – ont péri sous les balles des snipers israéliens, alors qu’au moins 40 000 Palestiniens s’étaient massés le long de la clôture israélienne, pour la septième semaine de la «Marche du retour». Le ministère de la Santé de Gaza évoque plus de «1 204 blessés par balle», a précisé Liberation.

L’ambassadeur palestinien a précisé que « huit enfants de moins de 16 ans » figuraient parmi les victimes, a rapporté le Point. Les autorités gazaouies annoncent qu’un bébé est mort après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Ces décès portent à 110 le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Gaza depuis le début, le 30 mars, d’un mouvement de protestation massif.

Il s’agit de la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de l’été 2014 dans la bande de Gaza. Un comité de l’ONU chargé de lutter contre le racisme a appelé lundi Israël à cesser “immédiatement” de faire un usage “disproportionné” de la force contre les manifestants palestiniens à Gaza, selon Ouest France.

Selon RTBF, dans une déclaration écrite, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale “exhorte l’Etat partie (Israël) à mettre immédiatement fin à l’usage disproportionné de la force contre les manifestants palestiniens, à s’abstenir de tout acte qui pourrait faire de nouvelles victimes et à garantir que les blessés palestiniens aient un accès rapide et sans entrave aux soins médicaux”.

Les 18 experts indépendants de ce comité, qui dépend du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, se disent “gravement préoccupés par le fait que de nombreuses personnes décédées ou blessées ne semblaient représenter aucune menace imminente au moment où elles ont été abattues”

Outre l’opposition au transfert de l’ambassade, les Palestiniens protestent aussi contre le blocus de Gaza et l’occupation.

Le Koweït a demandé la tenue mardi matin d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation au Proche-Orient. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir, mardi 15 mai dans l’après-midi, au lendemain des violences meurtrières à la frontière entre Israël et Gaza. En revanche, les États-Unis ont bloqué lundi l’adoption d’un communiqué du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à une enquête indépendante sur les événements meurtriers dans la bande de Gaza, selon des sources diplomatiques.

La communauté internationale s’inquiète après le bain de sang qui a éclaboussé lundi la bande de Gaza, d’après FranceTvInfo. Les événements ont suscité de nombreuses réactions diplomatiques.

“C’est un crime de guerre”, dénonce sur Europe 1 l’ambassadeur de la Palestine à l’Unesco.

Amnesty International a dénoncé une “violation abjecte” des droits de l’Homme à Gaza, où les Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne en manifestant contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, selon Le Figaro.

“Des dizaines de Palestiniens, dont des enfants, ont été tués et des centaines blessés par des tirs israéliens durant les manifestations massives en cours près de la barrière de Gaza. Nous demandons à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vie humaine supplémentaires”, a affirmé la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

La France a condamné “les violences” après la mort des Palestiniens tués par l’armée israélienne lors de manifestations et de heurts contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade des Etats-Unis en Israël, a indiqué l’Elysée. Le président Emmanuel Macron a “condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants” palestiniens à Gaza, lundi soir lors d’entretiens téléphoniques avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II.

Le Canada s’est dit “très préoccupé” après la mort des Palestiniens tués par l’armée israélienne lors de manifestations contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, jugeant “inexcusable” que des civils aient été tués.

L’Iran a qualifié la journée de lundi de “jour de honte” après le “massacre” d’une cinquantaine de Palestiniens de Gaza par des soldats israéliens. “Pendant ce temps,  Trump célèbre le transfert de l’ambassade américaine illégale et (s)es collaborateurs (d’Etats) arabes gesticulent pour détourner l’attention. Un jour de grande honte”, a affirmé le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif sur Twitter.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi Israël de “terrorisme d’Etat” et de “génocide”, après la mort d’une cinquantaine de Palestiniens tués par l’armée israélienne à Gaza. “Israël sème le terrorisme d’Etat. Israël est un Etat terroriste”, a déclaré M. Erdogan à des étudiants turcs à Londres, dans un discours retransmis à la télévision. “Ce qu’Israël a fait est un génocide. Je condamne ce drame humanitaire, ce génocide, d’où qu’il vienne, d’Israël ou d’Amérique”, a ajouté le chef de l’Etat dont le pays a rappelé pour consultations ses ambassadeurs en Israël et aux Etats-Unis après le “bain de sang”, selon le vice-Premier ministre Bekir Bozdag.

De son côté, l’Afrique du Sud a décidé lundi de rappeler son ambassadeur en Israël. “En raison du caractère grave et aveugle de la dernière attaque israélienne, le gouvernement sud-africain a décidé de rappeler l’ambassadeur Sisa Ngombane avec effet immédiat”, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

 

Leave a Response