A une large majorité, l’ONU condamne Israël pour les violences de Gaza

Truth ONG- L’Assemblée générale des Nations unies a massivement voté en faveur d’une résolution condamnant Israël pour la flambée de violences meurtrières à Gaza.

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté mercredi un projet de résolution, auquel les Etats-Unis étaient opposés, condamnant Israël pour la récente flambée de violences meurtrières à Gaza, tout en rejetant un amendement américain mettant en cause le Hamas dans ces mêmes violences, rapporte Liberation.

Le projet de résolution, soutenu par pays arabes, a été adopté par 120 voix sur 193, avec huit votes contre et 45 abstentions.

Le document adopté par l’Assemblée générale demande au secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres de faire des recommandations sur la mise en place d’un «mécanisme de protection internationale» dans les territoires occupés, selon Sputnik News.

Les diplomates ont été surpris du score très honorable des Palestiniens qui, en comparaison, avaient recueilli au mois de décembre 2017 128 voix pour leur résolution condamnant le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, explique Le Monde. « Le sujet était moins consensuel qu’en décembre. Mais l’Algérie et la Turquie ont réussi à le rendre plus fédérateur en le présentant sous l’intitulé « protection des civils palestiniens », note un diplomate familier du dossier. Les Etats membres ont ainsi pu reconnaître les violations du droit international et humanitaire par Israël.

Sans surprise, les Etats-Unis se sont vivement opposés à cette résolution contre laquelle ils ont voté. Washington a d’ailleurs tenté d’introduire un amendement établissant et condamnant la responsabilité du Hamas dans ces mêmes violences – mais celui-ci a été rejeté, n’ayant pas recueilli les deux-tiers des voix nécessaires à son adoption.

Adoptée lors d’une «session extraordinaire d’urgence», la résolution déplore notamment «l’utilisation de balles réelles contre des manifestants civils, y compris des enfants, ainsi que contre le personnel médical et les journalistee.», selon RT.

Plus de 120 civils palestiniens dont des femmes, des enfants, des journalistes, ou encore du personnel médical ont été tués par l’armée israélienne lors de manifestations le long de la frontière avec la bande Gaza. Les manifestants réclamaient le droit au retour des Palestiniens sur leurs terres confisquées par Israël et l’arrêt du sévère blocus que l’Etat hébreu impose à Gaza depuis 2007.

Leave a Response